Exposition

Témoignage sur la vie des harkis

Hameau forestier de La Londe-les-Maures© Jean Puech / Fotolib
Rédigé par : Harkis2012

Témoignage sur la vie des harkis.

Hameau forestier de La Londe-les-Maures© Jean Puech / Fotolib

Hameau forestier de La Londe-les-Maures© Jean Puech / Fotolib

 

La Ville de La Londe Les Maures, en collaboration avec Michel Puech, propose une exposition exceptionnelle sur le hameau forestier de La Londe Les Maures. A travers de nombreuses photos et témoignages, cette exposition propose un retour sur l’histoire de ce camp de Harkis où vécurent pendant de longues années les familles harkis rapatriées d’Algérie en 1962.

 

A la suite du décès de mon père, Jean Puech, en juin 2007, je décidais de diffuser, sur Internet quelques unes de ses photographies. Plus particulièrement celles réalisées lors de reportages effectués pour le compte de l’agence de presse Fotolib, dont j’étais directeur général et l’un des co-fondateurs.

L’agence Fotolib, une coopérative ouvrière de production (1973-1978) fut la première agence en partenariat étroit avec le quotidien Libération représenté au conseil d’administration par Serge July.

L’un de ces reportages concernait le camp de harkis (hameau forestier) de La Londe-les-Maures (Var) où il eut l’opportunité d’entrer, grâce à une autorisation de la mairie, car l’accès du camp était fermé au public. Mon père, à l’époque, était grossiste en confiserie et vendait des bonbons à un point d’alimentation situé dans le camp.

 

Des années après, grâce à l’Internet

 

© Jean Puech

 

Je me souviens parfaitement qu’il était absolument scandalisé par le sort fait aux harkis par les autorités françaises. Il fit d’ailleurs d’autres  photographies près du camp de Gardanne (Bouches-du-Rhône).

Peu avant sa mort, alors qu’il me confiait que cette période de reportages pour Libération avait été l’un des meilleurs moments de sa vie, il me dit encore sa honte de citoyen français face à l’injustice faite à ces familles.

Quelque temps plus tard, quel ne fut pas mon étonnement de recevoir plusieurs appels téléphoniques ou courriels témoignant de l’émotion de personnes figurant sur les photographies, ou  de parents ou d’amis.

« Les réactions de joie et parfois de nostalgie, même douloureuse, il faut l’avouer, ont été nombreuses et certains comme moi ont pu en témoigner, sans une certaine émotion » m’écrit Boukmis Brahim Bounab, frère de Salah Brahim Bounab, conseiller municipal à La Londe-Les- Maures.

Il précise : « Nous travaillons, avec un collectif de filles et fils de Harkis (pour certains ayant vécu dans des camps, de tout bord et bénévoles) à une exposition retraçant la vie et le passage de la communauté Harkie à La Londe-Les-Maures. Nous serions honorer et intéresser par votre collaboration, dans le cadre de cette semaine de mémoire, en vous confiant le conseil et la charge de l’exposition de cette collection photos consacrée à la vie dans le camp.

Cette manifestation proposera, outre cette exposition photos que nous souhaitons de tout cœur, des interventions de personnalités expertes ou spécialistes (universitaires, historiens, psychologues, autorités militaires et d’autres acteurs de la vie civile).  Je précise tout de même que nous nous attacherons à ce que cette semaine de mémoire n’ait aucune connotation politique ou partisane afin d’en assurer son succès et d’attirer le plus grand nombre. »

 

Quelques temps après, l’exposition sera ouverte ce samedi 10 mars 2012

Michel Puech

Infos pratiques :
Exposition : entrée libre du samedi 10 au mardi 13 mars,
de 9h à 13h et de 14h à 17h et le samedi de 11h à 17h, à la Salle “Le Chêne & l’Olivier 2”.

[mappress mapid= »19″]

A propos de l'auteur

Harkis2012

1 commentaire

  • Cela fait tres plaisir de voir que soudain, a l’heure ou les coincidences semblent ne plus en etre , le passe des harkis que nous etions nous resurgit dans une verite que nous avions meme fini, il semble par oublier. J’aurai prefere que ce genre d’illustrations, d’encouragements et soutien aient pu bercer mon present d’enfant maudite…malgre tout il faut dire merci et je dis…Il n’empeche que cet article me renvoit a la question de la neutralite de la presse, son attentisme et son esprit de « self-preservation »…Dans les annees soixante ils voulaient une revolution qui se devait de remuer la France, du changement…ils n’ont fait que servir un autre maitre…c’est dommage , au nom de cette vie que nous n’avons pas eue.

    Il n’empeche que j’aimerais bien y assiter qui sait, ca m’a l’air tres interessant…d’autant plus qu’ayant discuter ici et la avec d’autres enfants de harkis et ayant compare la maniere de vie des harkis dans des camps, est-ce moi seulement ou il semble qu’#il y ait une espece de recurrance, de ressemblance tres singuliere quant a la maniere dont nous avons vecu dans ces camps, comme une espece de culture camp harki( une impression qui fait peur, hah!..), qui de maniere assez bizarre semble tres similaire d’un camp a l’autre…j’hallucine? Bonne journee, merci pour cette revue qui nous informe sur l’evolution de la question harki et tout le travail que vous faites .

Commenter

Témoignage sur la vie des harkis

Par Harkis2012 Temps de lecture: 2 min
1