Hommages

Montpellier : des mots toujours forts pour l’hommage aux harkis

montpellier-des-mots-toujours-forts-pour-lhommage-aux-harkis
Rédigé par : Harkis2012

Mercredi soir, devant le monument aux morts. (Photo RICHARD DE HULLESSEN)

 

Mais les difficultés rencontrées par la communauté perdurent.

Des mots qui en disent long. Comme ceux prononcés mercredi soir devant le monument aux morts de Montpellier, à l’occasion de la journée nationale d’hommage aux harkis et autres membres des formations supplétives, par le préfet de l’Hérault et de Région. Au nom de Kader Arif, chargé des anciens combattants auprès du ministre de la Défense. « Malgré les terribles épreuves que vous avez, vous-même et vos familles, affrontées, vous êtes restés indéfectiblement loyaux à la France qui, il y a plus de cinquante ans, abandonnait ses soldats. » Et de conclure : « Aujourd’hui, c’est un rendez-vous avec la mémoire de notre pays, avec notre République ; mémoire dont les harkis ne doivent plus être les oubliés. Les témoins ne sont pas éternels, le travail de mémoire doit l’être. »

Comme un écho officiel donné aux propos de Rabah Bensaïdi, président de l’association Projet avenir harkis : « Si, après l’annonce de l’indépendance de l’Algérie et les accords d’Evian du 18 mars 1962, certains politiques de l’époque ont pu penser que les harkis allaient déserter massivement l’armée française, ils se sont trompés. » Et d’évoquer, aujourd’hui encore, l’attente d’une communauté en des « solutions capables de résoudre définitivement les problèmes d’ordre moral, économique, social, éducatif et politique qui perdurent depuis cinquante ans. »

A propos de l'auteur

Harkis2012

Commenter

Montpellier : des mots toujours forts pour l’hommage aux harkis

Par Harkis2012 Temps de lecture: 1 min
0