Actualités Harkis

Le président-candidat courtise l’électorat harki et pied-noir à Rivesaltes

Rédigé par : Harkis2012

Le président-candidat courtise l’électorat harki et pied-noir à Rivesaltes.

Nicolas Sarkozy lors de sa rencontre avec des Harkis, en mars 2007 à Paris. Candidat, il leur avait assuré que, s'il était élu, il franchirait le pas de la reconnaissance officielle de la responsabilité de la France, leur principale revendication. | AFP/DOMINIQUE FAGET

Nicolas Sarkozy lors de sa rencontre avec des Harkis, en mars 2007 à Paris. Candidat, il leur avait assuré que, s'il était élu, il franchirait le pas de la reconnaissance officielle de la responsabilité de la France, leur principale revendication. | AFP/DOMINIQUE FAGET

 

Nicolas Sarkozy, devrait, lors d’un déplacement de campagne, mais en tant que chef de l’État, évoquer la responsabilité des autorités françaises dans l’abandon et le massacre de milliers de harkis et rapatriés d’Algérie, samedi 14 avril, lors de la visite d’un ancien camp à Rivesaltes (Pyrénées-Orientales).

[mappress mapid= »23″]

Le 9 mars, M. Sarkozy avait déjà effectué un discours sur ce thème à Nice, devant des associations de rapatriés. Il y avait déclaré que « la République [devait] reconnaître qu’il y a eu une « forme » d’injustice, d’abandon ». Ajoutant: « Nous, les autorités, avons une dette vis-à-vis des harkis (…) mais je ne veux pas qu’elle soit portée par une communauté nationale qui n’y était pour rien. » Samedi, dans un haut lieu de la mémoire harki, un ancien camp situé près de Perpignan, où furent regroupés, après la guerre d’Algérie, des harkis et leurs familles, le président devait déposer une gerbe, en compagnie notamment du ministre de la défense Gérard Longuet et de la secrétaire d’État à la jeunesse Jeanette Bougrab, elle-même fille de harkis.

« S’IL VIENT JUSTE POUR DIRE, « JE SUIS LÀ, CONTINUEZ À SOUFFRIR » CE N’EST PAS LA PEINE »

Les milieux rapatriés seront-ils satisfaits? Ils avaient été très déçus par le discours de Nice, et le déplacement de samedi était très attendu par toutes les associations de défense de la mémoire de harkis et des rapatriés d’Algérie. Depuis cinq ans, ils espèrent la concrétisation de la promesse faite par Nicolas Sarkozy en 2007. Lors de la campagne présidentielle, il leur avait assuré que, s’il était élu, il franchirait le pas de la reconnaissance officielle de la responsabilité de la France, leur principale revendication. « S’il vient juste pour dire, « je suis là, continuez à souffrir » ce n’est pas la peine », prévient Albert Pélican, président de la coordination nationale des rapatriés de France, basé dans la région de Perpignan.

Mais entre-temps, la campagne électorale a fait son chemin. Nicolas Sarkozy est toujours donné perdant au second tour par les sondages.
Or les milieux rapatriés, selon une étude réalisée en janvier2012 par le Cevipof, le centre de recherche sur la vie politique de Sciences Po, les rapatriés d’Algérie représentent potentiellement en France 2,7% de la population et 1,2million d’électeurs.

Si l’on élargit aux personnes revendiquant une ascendance pied-noire, on arrive à 7,3% de la population, soit 3,2millions d’électeurs potentiels. « Il y aura des consignes de vote », assure M. Pélican. En 2007, ils avaient voté à 31% pour Nicolas Sarkozy, 18% pour le candidat du Front national Jean-Marie Le Pen et 20,5% pour la candidate socialiste Ségolène Royal.

Le sud de la France est par ailleurs une terre stratégique pour le Front national. Perpignan est ainsi le fief du numéro deux du FN, Louis Aliot.

Le 2 avril, le candidat socialiste François Hollande a également reçu une délégation d’associations de harkis et de rapatriés. Dans la foulée, il s’est engagé par écrit à reconnaître « les responsabilités des gouvernements français dans l’abandon des harkis, le massacre de ceux restés en Algérie et les conditions d’accueil des familles transférées dans des camps en France ».

Elise Vincent

A propos de l'auteur

Harkis2012

Commenter

Le président-candidat courtise l’électorat harki et pied-noir à Rivesaltes

Par Harkis2012 Temps de lecture: 2 min
0