Actualités Harkis

Harkis : la « repentance » de Claude Lanzmann – Controverses

Claude LANZMANN
Rédigé par : Harkis2012
Claude LANZMANN

Claude LANZMANN

Est-ce l’approche du cinquantième anniversaire des accords d’Évian ou l’œuvre du temps qui fait évoluer les consciences ? Sans doute les deux. De façon inattendue, Claude Lanzmann a décidé de consacrer le n° 666 des « Temps moderne » aux harkis : « 1962-2012, les mythes et les faits ». Entreprise intellectuellement courageuse quand on sait que la revue a toujours pris fait et cause pour les militants du FLN, considérant d’un œil méprisant les « traîtres » à l’indépendance algérienne.

Grand seigneur, Lanzmann écrit en introduction qu’il est «  nécessaire d’affiner l’histoire des harkis, de la complexifier pour épouser la réalité et d’en finir avec les simplifications grossières de la doxa du FLN et de la nôtre (celle des  » Temps modernes « NDLR), qui n’a pas contribué à la recherche et à l’établissement de la vérité « .

Sur plus de trois cents pages donc, écrivains et historiens, français et algériens mais aussi américains, s’attachent à retracer un passé « hors manichéismes ». On suit ces parias, ces citoyens de seconde zone, dans toutes les épreuves, les trahisons, les vexations qu’ils ont subies. Des terrains de combat en Algérie aux camps de Rivesaltes (Pyrénées-Orientales) et de Saint-Maurice-l’Ardoise (Gard), où ils ont été entassés en urgence à partir de 1962.

La suite n’est guère flatteuse pour les responsables politiques français, de gauche comme de droite. Les harkis, ces « témoins muets de la tragédie finale », selon la formule de Benjamin Stora, sont allés de promesses en désillusions. Ce qui explique sans doute la forte présence de leurs enfants dans l’explosion des cités de banlieue, au début des années 1980. Ils sont notamment à l’origine de la fameuse Marche pour l’égalité et contre le racisme qui les mènera jusqu’au bureau de François Mitterrand à l’Élysée, en 1983. L’article de Régis Pierret sur « Les révoltes des enfants de harkis », confrontés au racisme et à l’exclusion, est passionnant.

Arrivé à la tête de l’État, Nicolas Sarkozy tentera, comme ses prédécesseurs, d’améliorer le sort des harkis. Entreprise compliquée qui, comme d’habitude, sera en partie sacrifiée sur l’autel des bonnes relations franco-algériennes. Bouteflika, le président algérien, que Claude Lanzmann a bien connu pendant la guerre, fit comprendre à Sarkozy, en décembre 2007, qu’un important contrat gazier avec des compagnies françaises valait davantage qu’une réparation des injustices endurées par les harkis.

« Il n’est pas tolérable que cette communauté soit marquée à jamais d’un stigmate de honte et que sa tragique histoire reste comme ensevelie, ignorée de la majorité des Français », reconnaît Claude Lanzmann dans l’introduction. Assurément, le numéro 666 des  » Temps modernes  » contribue à remettre l’histoire à l’endroit. Au moins en partie.

A propos de l'auteur

Harkis2012

Commenter

Harkis : la « repentance » de Claude Lanzmann – Controverses

Par Harkis2012 Temps de lecture: 2 min
0