Actualités Harkis

Arles | Option « indifférence » pour la venue de Jean-Marie Le Pen

Actualité Harkis
Rédigé par : Harkis2012

Arles | Option « indifférence » pour la venue de Jean-Marie Le Pen |

 

Lahcène Boualam avait déploré la présence de l’ex-leader FN à la cérémonie de souvenir des Harkis

« J’ai ma place, ici« , lance d’emblée Jean-Marie Le Pen. Il est 10h25, l’homme arrive dans le centre-ville de Mas-Thibert presque en toute discrétion. Un silence de plomb s’installe dans le petit hameau d’Arles. L’ex-leader du FN, dont la visite est controversée, n’a comme à son habitude pas flêchi devant ses détracteurs. Sa présence au 10e anniversaire de la journée hommage aux Harkis est pour lui légitime. « Je n’ai, moi, jamais été complice des assassinats orchestrés par les fellagas. Ma présence est désirée par des millions de Harkis », assure l’ancien chef de file du Front national, « Je suis déjà venu, ici. Je ne suis peut-être pas désiré par sa famille, mais Saïd Boualam était un ami. Je suis en colère face à la manipulation politique qui est faite« . L’ex-candidat aux présidentielles a donc participé à la cérémonie, en toute quiétude, presque dans l’indifférence. Comme l’avait précisé précédemment Lahcène Boualam, fils du Bachaga et président de l’association Bachaga Boualam, aucun dépôt de gerbes ne sera accepté sur la tombe de son père. D’ordinaire et ce depuis 2002, date de la création de la journée nationale, le cortège se rendait dans un deuxième temps au cimetière pour fleurir la stèle du Mas-Thibertais. Hier, il en était autrement.

 

« Un homme libre »
10h45, les premiers élus locaux arrivent. Michel Vauzelle, président du Conseil régional, en compagnie de Mohamed Rafaï et Nora Makhlouf, conseillers régionaux, joueront la carte de l’ignorance. Tout comme Claude Vulpian, vice-président du Conseil général. (In) volontairement, ces élus lui tourneront le dos. L’ambiance est pesante. Le silence, la règle. Épaulé par ses conseillers régionaux Stéphane Durbec et Joëlle Melin, Le Pen prend ses quartiers, se positionne. C’est en « homme libreque je participe en tant qu’élu de la Région, mais aussi en tant que député européen. Je représente des milliers d’électeurs français. Cette polémique est sûrement stipendiée par l’UMP« . En se dirigeant vers le monument, des Harkis viennent le saluer et s’effaceront aussitôt. Pour Lahcène Boualam, la présence de Jean-Marie Le Pen est « une récupération politique » qui se fait tout naturellement « à la veille des élections« . Mais, pondéré et réfléchi, Lahcène a décidé de « ne pas gâcher cette journée que les Harkis attendent depuis très longtemps ». Et de développer : « je ne lui dirai rien. Je ne suis pas là pour faire polémique. Le silence est le meilleur des mépris« . Dans les rangs, la règle est simple : « on est là pour faire la cérémonie officielle. Point barre ». L’exercice paraît difficile. Lahcène est positionné (par le protocole) juste à côté de celui dont il déplore la présence.

11h20, les dépôts de gerbe sont terminés. Michel Vauzelle vient alors (officiellement) saluer Lahcène. « La France doit rattraper le temps perdu, elle n’a pas rempli son devoir. Ce 10e anniversaire doit être un devoir de souvenir » , souligne l’élu. Quant à la présence de Jean-Marie Le Pen, « je regrette cette provocation. Cette cérémonie doit être faite pour se souvenir. C’est un moment d’affection respectueux. Le reste, ce n’est que de la politique politicienne. La République n’a pas interdit le Front national. Il est élu, on doit respecter. On ne fait pas plus ». 11h30, Jean-Marie Le Pen s’est rapidement éclipsé. Le hameau de Mas-Thibert a retrouvé son calme et a tourné la page sur ceux que beaucoup ont appelé « un non-événement ».

Rislène ACHOUR

La Provence.

 

A propos de l'auteur

Harkis2012

Arles | Option « indifférence » pour la venue de Jean-Marie Le Pen

Par Harkis2012 Temps de lecture: 3 min
0